Fév
16
2013

Noctiraid 2013

Samedi 9 février, une nouvelle équipe Bananacube s’apprête à se lancer sur le Noctiraid…

Jérôme, VTTiste confirmé et suffisamment fou pour avoir été séduit par mes récits de raids est impatient de se lancer sur son 1er!

Stéphane, surnommé Bidouille, quant à lui, reprend…1er raid depuis 2 ans!

Et moi, comme toujours, ravie de me lancer sur un nouveau raid, petit, c’est bien car le Raid 28 n’est qu’à 3 semaines.

 

18h, on est sur place, il fait très froid, des images du raid 28 et sa souffrance me reviennent, inutile de vous dire que je vais mettre un certain nombre de couches! On récupère nos dossards et finissons nos derniers préparatifs; on apprend également que l’épreuve de kayak est annulée, la Préfecture, au dernier moment n’ayant  pas donné l’autorisation en raison des conditions climatiques, ce qui se comprend…et je l’avoue, ce qui me plaît bien car j’ai toujours en mémoire ce terrible passage dans la rivière il y a 3 semaines et je redoutais franchement l’eau sur ce raid, surtout qu’apparemment, on était bien un par kayak! J’ose même pas imaginer mon état si je tombais à l’eau!!!!

Je retrouve avec grand plaisir mon prof de basket de cette lointaine époque où j’étais dans cette fac à l’UEREPS; c’est lui qui chapeaute les étudiants organisateurs de ce raid.

19h, pasta party et loisirs; Jérôme et Bidouille retrouvent eux aussi leur jeunesse autour du baby-foot (y’a quand même pas que moi qui suis un peu vieille, on est tous les 3 vétérans d’abord!!!)

20h30, briefing habituel

21h, départ!!! On récupère enfin le roadbook du raid et là, déjà, on voit que ce sont des étudiants qui organisent et non des raideurs: le roadbook est très beau mais absolument pas pratique!!! format A4, relié et plastifié!!!

On regarde tout de suite la carte de CO avec Bidouille, on fait notre tracé, j’arrache la page des définitions (format A4), donne le carton de pointage à Jérôme (format A4) et nous voilà partis, Bidouille aux commandes.

On rentre bien dans la carte, pas de difficulté, mais on va vite avoir quelques “surprises” liées encore une fois au fait que ce ne sont pas des orienteurs qui ont préparé la CO; les définitions sont un peu surprenantes et surtout pas forcément très justes, plusieurs balises ne seront pas exactement à l’endroit indiqué mais on s’adapte petit à petit et les trouvons toutes (exceptées bien sûr celles manquantes). Jérôme découvre les joies du pointage dans les ronces (il va quand même en profiter pour débusquer des biches) et moi, pour la 1ère fois la joie d’envoyer quelqu’un dans les ronces!!!

On mettra 1h30 environ à boucler cette CO, le moral est au beau fixe: je sens Jérôme ravi et encore tout excité, Bidouille plus calme et moins serein.

On retrouve le parc à vélo et en avant pour nos 14 km de run/bike, 2 vélos pour 3, parcours balisé.

On effectue les premières rotations puis les difficultés vont apparaître, Bidouille n’ayant déjà plus aucun jus dans les côtes et se plaignant de douleurs dans les mollets. Jérôme est bien, on va donc effectuer les rotations à deux pour économiser Bidouille; je fais de longues portions de course car c’est quand même ma spécialité et je ne veux pas crâmer Jérôme sachant qu’on doit terminer par un trail de 10km. Malgré tout, Bidouille accuse de plus en plus le coup, la moindre petite côte lui devient insurmontable. On y rajoute quelques erreurs de parcours dû à un balisage insuffisant et son moral se plombe.

On arrive tout de même au bout de cette épreuve mais je sens Bidouille vraiment à la limite de l’abandon. Du coup, concentrés sur l’équipe, on oublie le parcours Aventure (mais rien ni personne ne nous le rappelle, encore un petit souci d’organisation) et partons pour nos 20km de VTT.

Jérôme, dans son élément, prend la tête de l’équipe mais très vite, forcément, on se rend compte que ces 20km vont être très longs…Bidouille ne peut plus monter aucune côte et peine même sur le plat. Cela ne nous empêche pas de bien rire( en tout cas, moi) car pour une fois, ce n’est pas moi qui peste dans les chemins transformés en bourbier! C’est vrai qu’il est parfois difficile de garder le contrôle de sa monture et que de nombreuses côtes sont rendues impraticables!!!! On gardera tous en mémoire je crois cette côte très très très raide parsemée d’obstacles naturels qu’on a eu un mal de chien à franchir car porter le vélo dans cette pente et ce bourbier… mais ce n’est même pas là que je vais tomber; c’est juste un peu plus loin, dans un autre bourbier!

Cependant, peu à peu, on avale les km. Jérôme pousse Bidouille dès que l’on est sur un chemin plat et praticable car on a un terrible ennemi dans l’attente: le froid!!! Je retrouve la si désagréable sensation de douleur dans les pieds et les mains, de nouveau, quelques erreurs de parcours en raison du balisage, Bidouille souffre…le moral des troupes n’est pas au plus haut.

 

On finit tout de même par boucler ce circuit et retrouvons le parc à vélos, Bidouille très mal et moi congelée!

On se restaure et j’interroge Bidouille…il va essayer le trail…je le sens pas du tout mais bon…

On fait le tir de Paint-Ball: 3 tirs chacun dans une cible, un tour de gymnase (extérieur) pour le tireur à chaque tir manqué…et ben seul Jérôme fera un tour , Bidouille et moi: tous dans la cible!!! (bon, j’avoue, il m’a bien aidé à viser!!!)

Nous voilà donc partis pour le trail, dernière épreuve de notre périple. Bidouille a “des bouts de bois à la place des jambes”, il s’accroche à mon sac et on essaie de courir doucement…il tiendra à peu près 1km avant de lâcher, il ne peut plus avancer du tout! Jérôme prend la puce et nous repartons tous les deux.

Cette fois, c’est moi qui suis dans mon élément, je prends donc les commandes du rythme, je sens que j’ai encore pas mal d’énergie dans les jambes mais je reste prudente et surtout très attentive à Jérôme…et il va tenir les 10km à un rythme franchement très correct pour une fin de raid.

Nous bouclons donc cette édition du Noctiraid à deux; Jérôme très content et il peut vraiment être très fier de lui car il n’avait vraiment pas beaucoup de trainings course dans les jambes et Bidouille déçu de n’avoir pas pu finir (il manquait d’entrainement tout court!!!)

En bilan, j’aurais tendance à dire, comme d’habitude, au niveau humain très bien: on a tiré notre équipier le plus possible, il a été au bout de lui même mais ça n’a pas suffi, dommage. Par contre, naissance d’un nouveau raideur! Jérôme a aimé et est partant pour aller sur du plus gros!!!

Au niveau purement raid, une organisation estudiantine n’est pas une organisation de raideurs et c’est dommage qu’il n’y ait pas eu davantage d’orientation. Finalement, les parcours en balisage sont assez ennuyants (j’y crois pas que ce soit moi qui dise cela…aurais-je été contaminée????). Mais raid à refaire l’an prochain avec une équipe bien prête car 3 semaines après le raid 28, c’est franchement sympa!

 

 

 

Written by Annick in: Raid |

3 Comments »

  • juju dit :

    bien les gars !
    j’en finis plus de ronger mon frein, en plus je m’empate !!
    c’est pas bon tout ça mais le dos reste en carafe 🙁
    trail du ventoux dans 1 mois … pas pret du tout.

    • Annick dit :

      Alors continué à le soigner ton dos mais t’empare pas trop quand même, tu vas pleurer au Flying sinon!!!

  • Jéjé dit :

    Avec un peu de retard je livre mais impressions sur mon premier raid.

    Tout d’abord un grand merci à mes deux coéquipiers pour m’avoir fait découvrir cette nouvelle discipline et plus particulièrement à Annick qui comme l’écrit plus haut (suffisamment fou pour avoir été séduit par mes récits de raids est impatient de se lancer sur son 1er!) tout d’abord un grand merci à mes deux coéquipiers
    Les premiers kilomètres de la CO m’ont renseigné sur mon état de forme, il va falloir gérer la distance qui nous reste a travers les épreuves et le froid qui peut subitement m’impacter physiquement !
    Arrivées sur le Run&Bike les sensations en running sont toujours aussi bonnes pour tant ce n’est pas ma discipline mais sa passe malgré la défaillance de bidouille ce n’est pas grave l’esprit d’équipe est là.
    Enfin terminé, le VTT me repose un peu les jambes dans les premiers kilos mais je vais les faire chauffer un peu en poussant bidouille sur le plat quand l’occasion se pressente et la difficulté augmente quand je m’aperçois que j’ai l’avant de mon spad qui se dérobe dans les courbes. M… ! Je perds de l’avant et j’ai oublié ma chambre et ma pompe. Je taxe une pompe à un mec d’une autre équipe, je regonfle ! Ça va l’faire jusqu’au bout.
    Je passe le tir raté au paint-ball, et nous voilà partie pour le trail, dès les premières foulées les sensations sont toujours bonnes mais suite à l’abandon de bidouille je me suis dit qu’il fallait assurer jusqu’au bout pour ne pas abonner et laisser finir Annick toute seul.
    J’ai tenu bon malgré l’accélération dans les 2 kilos restants je me suis accroché pour finir au côté d’Annick dans les derniers mètres.
    Ce fut une bonne expérience et ça ma permis de découvrir une autre discipline.
    A bientôt sur un nouveau RAID !!!

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL


Leave a Reply

Sidead Sidead

Design: TheBuckmaker.com WordPress Themes