Mai
27
2013

Trail des Cerfs

50km avec 1000m de D+ en Ile de France, ça ne se loupe pas!!!

J’étais donc au départ de ce trail dimanche 26 mai…il faisait très froid à 7h du matin (y’en a vraiment ras le bol de cette météo de m…, il serait quand même temps que le printemps arrive!!!). Nous sommes environ 200, dont 18 filles, à nous élancer sur ces 50km.

Comme d’habitude je pars à l’arrière du peloton (il faudrait que j’arrive à me positionner correctement sur un départ un jour….) mais sans gravité cette fois car pas de goulet, je peux donc commencer ma remontée tranquillement, surtout que le début du parcours est très roulant: quelques côtes mais soit très douces soit très courtes (j’ai l’impression de faire une séance de micro-circuit par moments) donc je cours non stop. Par contre, souci au niveau de mes intestins dès le début de la course, je sens que je risque d’être obligée de  “déposer une galette” à un moment de la course et ça m’agace!!! Je ne sais pas si j’arriverai un jour à trouver mon alimentation idéale avant une compétition mais ce qui est sûr, là, c’est que j’ai abusé des féculents cette semaine et que mon organisme est encore en train d’essayer de les digérer!!!

L’avantage quand même de partir en queue, c’est qu’on a toujours un lièvre et qu’on double beaucoup de coureurs….bon pour le moral, surtout qu’au 12ème km, j’apprends que je suis la 2ème féminine!!! Je me dis que je n’ai plus qu’à “gérer” ma course pour assurer un podium.

Je cours ainsi les 20 premiers km à une bonne allure malgré des sensations pas top, ce qui va se confirmer rapidement car les premières douleurs aux mollets et aux cuisses vont apparaître dès le km 25. Il faut dire que le terrain, soit boueux soit sableux n’arrange rien! Mes boyaux me font également souffrir, je m’arrête déposer ma galette, espérant éliminer au moins une douleur!

Le ventre étant mieux, je vais me concentrer sur mes jambes dont la douleur va aller crescendo jusqu’à la fin, surtout que c’est sur cette 2ème partie que le dénivelé va être le plus important! Mon allure ralentit, le moral baisse car je sens que la fin va être très difficile et j’apprends, en plus, vers le km 37 que la 3ème féminine n’est pas très loin derrière!!!! Je ne vais quand même pas me faire doubler!!!!!  J’essaie donc, dès que je suis sur du plat, de relancer la machine au maximum; je dois maintenir cet écart entre elle et moi!!!

Et finalement, cette peur d’être rattrapée va me permettre de finir la course à une allure assez correcte puisque je vais réussir à accélérer sur les 10 derniers km alors que je suis au bord des crampes dans les mollets et les ischios!!!!

Je boucle ces 50km en 4h56 (je visais 5h donc objectif atteint), 2ème à 28min (une extra terrestre) de la 1ère et 3min de la 3ème!!!!

Bilan comme toujours mitigé: très positif car podium, mental encore une fois bien puissant mais sensations très moyennes avec apparition de douleurs très rapidement et je finis au bord des crampes (ce qui ne m’arrive jamais).

Mes gamins se sont bien moqués de moi le soir (pas mal une mère avec une démarche de mamie pour sa fête!!!), je crois que mon corps a un grand besoin de repos (je lui en demande peut être un peu beaucoup…), je vais donc renoncer au Castor Fou (j’irai y encourager Jérôme) dans 15 jours pour être de nouveau au top pour l’Avallonnais!!!!

 

 

 

Written by Annick in: Trail |

4 Comments »

  • Adriaan dit :

    Bravo Annick ! Belle perfs … faut que je fasse un CR du CFC moi !

  • juju dit :

    trop top.
    faut pas abuser des feculents, moi j’ai arrete de charger avant les courses j’etais malade. je ne prends plus d’isostar non plus ni gel.
    un ptit immodium en conditions froides peut aider aussi.
    des crampes alors que tu as vomi c’est pas trop surprenant non plus .. tu as vachement bu derriere ?

    Bilan comme toujours mitigé : 4h56 pour 50km : tu te fous de nous !!!!!

    bon bref je repars m’entrainer car annick + didier + jerome que je connais pas …

    didier : http://jsdcourse.com/2009/12/06/resultat-2009-la-ronde-du-terroir-beaumes-de-venise/ 6eme sur 350 …

    Bonjour à tous,
    Un petit commentaire rapide sur la course de Beaumes. Un parcours que je qualifierai de “Trail sprint” avec une première partie de course, bien que goudronnée partiellement, très sélective. le premier kilomètre est peu court car nous sommes passés en 3’07 alors que le train était plus lent ( 3′ 20 à mon avis). Mais les choses vont vite changer ! 1,5 km Passage ascendant, devant Notre Dame d’Aubune… priez pour nous ! La course est lancée par un avion de chasse (Pascal Guigon)
    Les difficultés commencent vraiment au km 2 avec une bosse de 300m qui fait monter les tours. mais c’est au Km 4 que les choses se compliquent réellement. Au passage de la difficulté du Château de Montmirail (rampe de 400m) vous pensez récupérer dans une courte descente alors que surgit devant vous un “mur” de 300 m qui vous fait vite prendre conscience de votre forme du moment… Et là, j’ai déjà 35″ de retard sur les 2 premiers! Arrivé au sommet de cette courte mais grosse difficulté, vous avez 500m pour vous refaire une santé avant de partir pour une vraie sortie en nature, magnifique par son cadre exceptionnel mais toujours difficile à négocier car longue de 4 kms!! Garder la cadence, ne rien lâcher, c’est là que tout se joue. Les 2 premiers ont 300m d’avance et le reste du groupe s’étiole inexorablement dans un silence où l’on entend les chaussures griffer ce chemin caillouteux , Mes oreilles tentent de capter le souffle des coureurs devant moi, le moindre indicateur de fatigue est le bienvenu. Nous arrivons au sommet et point culminant de la course. Un paysage à vous couper le souffle! à moins que ce soit plutôt ce que l’on vient de s’enfiler !! malheureusement, pas le temps d’admirer ce Mont Ventoux qui veille à l’est. On est plein sud et il faut enchaîner avec une descente caillouteuse avant de retrouver le bitume d’une petite route sinueuse qui va vous ramener vers Beaumes. Le rythme est à ce moment là très rapide. on arrive au domaine de Durban avec en perspective les premiers qui sont déjà bien loin ( 1’20) J’ai en point de mire le 4eme et 5eme, il se sont retournés et bien que m’employant à les rattraper en imprimant une allure très vive, je ne peux combler cet écart de 200 m. Nous sommes près de la rupture, la vitesse est parfois supérieure à 20 km/h. La descente, (peut être trop importante à mon goût), nous sollicite énormément. Le dernier passage dans les vignes nous réconcilie avec ce parcours qui, malgré ses difficultés, reste d’une grande beauté. Félicitations à l’équipe de la Foulée Balméenne pour l’excellence de l’organisation. Bonne et heureuse année sportive. Didier Coussin

  • Fred dit :

    Un podium ! c’est vrai que c’est très mitigé comme bilan 🙁
    Bon, eh bien que te dire à part bravo ! 50km avalés en moins de 5h sur des chemins merdiques, dans le froid et avec un mal de bide (penses à l’immodium avant tes trails) !
    Tu as démarré ton plan d’entrainement Diag des fous ???
    On ne va plus pouvoir te suivre 🙁

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL


Leave a Reply

Sidead Sidead

Design: TheBuckmaker.com WordPress Themes