Sep
07
2015

CR Maxi-Race 2015 (avec un tout petit retard…)

logo_maxirace_2015Vendredi 29 mai, D’Oz et moi nous retrouvons à la gare de Massy, direction Annecy pour rejoindre notre sanglier montagnard Juju. Nous serons tous les 3 au départ de la Maxi Race le lendemain, 85km et 5300m de D+: une demi Diagonale !

Nous arrivons tard chez Juju, dînons rapidement en se disant que nous devrions aller nous coucher car réveil à 3h le lendemain mais pas facile lorsque 2 piplettes se retrouvent… Mais on finit tout de même par aller au lit vers minuit… La nuit va être très courte ! Elle sera finalement un peu plus longue que prévue car en bons boulets, nous n’avons mis qu’un réveil, celui de Juju qu’il a oublié de valider ! Heureusement, D’Oz, rentré la veille de Nouvelle-Zélande et donc encore en décalage horaire se réveille à 3h30… Branle bas de combat !!!
Nous partons à 4h, Juju se met en mode pilote de course sur la route et nous arrivons dans notre sas de départ just on time… ça s’appelle le talent… Enfin presque car, dans ce départ précipité, j’ai quand même oublié ma montre et devrais donc faire la course à l’aveugle (super pour la plus grosse course de prépa Diag !).

5h, top départ en foulées que je trouve bien rapides mais c’est Juju qui nous donne le rythme, nous le suivons. Nous attaquons rapidement la montée au Semnoz, environ 1200m D+ en 15 km. Juju ralentit, nous partons devant avec D’Oz et faisons toute l’ascension ensemble, à un bon rythme. Arrivés au sommet, nous profitons du ravitaillement et du panorama avant d’attaquer la descente vers Saint Eustache, 900m de D-. Je lâche D’Oz sans m’en rendre compte et arrive donc “seule” en bas pour découvrir un panneau horrible “il vous reste 60km”… Quels sont les abrutis qui ont eu cette idée ??? Je découvre également avec angoisse l’apparition de crampes dans un mollet… La course risque de devenir très compliquée pour moi !

Je repars à l’ascension du col de la Cochette (500m D+)… Je verrai bien… Et je vais rapidement voir: les crampes attaquent désormais les 2 cuisses et m’obligent à sérieusement ralentir en priant pour que ça tienne ! Arrivée en haut, je m’étire un moment et repars pour la grande descente vers le Doussard, en me disant que je serai alors à mi-course et verrai dans quel état seront mes jambes…

Doussard, gros ravito où j’arrive bien entamée et décide, chose exceptionnelle pour moi, de faire une grosse pause. Je m’assois, mange et essaie de récupérer un peu, j’ai peur de ne pas finir cette course, les crampes sont de plus en plus présentes, je pense que ça finira par tétaniser complètement et me stopper.

Je finis par repartir en grimaçant et en me disant: tant que je peux avancer, j’avance et on verra…

L’ascension jusqu’au col de la Forclaz puis le col de Roc Lancrenaz, 1200mD+ me semble interminable, je dois faire de tous petits pas pour éviter que les boules de mes cuisses tétanisent tout et je parle, parle, parle avec les gars qui me suivent car je sers malgré tout de lièvre ! Parler me fait oublier un peu les douleurs je crois… Et je finis par arriver au sommet, plutôt contente, surtout que malgré ces crampes, je suis toujours dans les temps que je me suis fixée… Incroyable mais surtout très motivant !!!

J’attaque donc la grande descente jusqu’à Menthon St Bernard en continuant bien sûr à grimacer et m’agacer car même dans les descentes, la foulée en mode course devient très compliquée. Il n’y a plus que sur le plat où j’arrive à peu près à courir!
Je souffre mais j’arrive en bas et découvre Sophie, Mathilde et Robin…quel bonheur !!!! J’en profite pour faire de nouveau une grosse pause en discutant avec eux, ça fait tellement de bien !!! Il ne me reste que 15 km, Sophie me dit donc que j’irai au bout, je veux la croire tout en appréhendant encore plus ces 15 derniers km car je sais qu’ils sont rudes (900m D+ puis descente du km vertical) et mon TFL a eu la très mauvaise idée de se réveiller depuis quelques km, la descente va être un enfer !

Je finis par repartir, le moral reboostée en me disant qu’effectivement, je viens de faire 45 km avec des crampes, ça doit donc tenir encore 15 km !

Cette dernière ascension sera un enfer et encore une fois, la parlotte me permettra d’avancer et de servir de lièvre !!! Enfin les dernières crêtes sont franchies, je n’ai plus qu’à descendre…enfer encore pire, entre les crampes et le TFL ! Je grimace, pleure même, chute… mais finis tout de même en bas, soulagée, la ligne d’arrivée est proche !!!

Je la franchis épuisée et pleine de douleurs mais tellement heureuse d’avoir été au bout de cette course, en plus dans mes temps puisque je boucle cette Maxi-Race en 15h30. Une chose est sûre, je ne doute pas de mon mental !!!

Quelques minutes après mon arrivée, je suis appelée par le speaker: je suis 1ère V2F !!!! Incroyable mais quel bonheur !!!!

Je n’ai plus qu’à attendre les 2 autres B3… D’Oz arrive une demi heure après moi, excellente course pour lui aussi malgré son décalage horaire !!!

Quant à Juju, il bouclera cette course lui aussi dans la douleur en 18h mais aura été au bout et c’était bien là l’essentiel !!!!

Pour conclure, bilan très positif car course bouclée pour nous 3 !!! Nous savons chacun où nous en sommes physiquement et moralement…excellent test pour la Diagonale et quel plaisir, comme d’habitude de se retrouver entre B3 parmi ces paysages magnifiques !!!

Written by Annick in: Trail |

Aucun commentaire »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL


Leave a Reply

Sidead Sidead

Design: TheBuckmaker.com WordPress Themes